Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de Chrissy

Tout ce qu'une femme n'ose pas dire ouvertement, ses pensées, ses expériences, ses choix, ses opinions, ce qu'elle aime , ce qu'elle déteste...tout ceci sans être censurée ou corrigée par de pseudo lecteurs ...

SAD, MAD, BAD... A LA POURSUITE DU BONHEUR

SAD, MAD, BAD... A LA POURSUITE DU BONHEUR

~~ Comment être célibataire? Les hommes ont-ils plus de dispositions à vivre seul que nous les femmes ?

Serait-il donc si difficile, voire impossible pour une femme de vivre seule ? De trouver le bonheur sans les autres, dans une société où il faut être connecté sans arrêt ?

Travailler, déjeuner entre copines, le sport à 18h… mais qu’en est-il lorsque chacune d’entre nous referme la porte de son appartement, à 21h, sur sa solitude ? Que se passe-t-il derrière la porte une fois celle-ci close?

Linda se confie :

« Je me débrouille toujours pour rentrer chez moi le plus tard possible, en principe j’ai déjà dîné à l’extérieur avec des potes, une douche et au lit, je me lève tôt le matin.

Le plus dur c’est le week-end…Si jamais je n’ai rien pu organiser, alors je me terre au creux de mon lit me répétant que je suis trop nulle, moche, et que jamais personne ne voudra de moi… »

Cathy elle, a une toute autre opinion :

« Rentrer à la maison le soir après une journée de travail, c’est le nec plus ultra pour moi. J’esquive les invitations, et n’aspire qu’à une seule chose me retrouver enfin avec…moi-même ! Je me demande parfois si je pourrais vivre avec quelqu’un…j’aime tellement ces moments où personne n’interrompt ma lecture, où je peux décider de regarder pour la nième fois « quand Harry rencontre Sally » en DVD et rire ou pleurer selon mon humeur sans que quelqu’un me dise « encore !...Je veux voir le match moi ce soir !… » . Ou écouter en boucle Nat king Cole chanter « unforgettable ». Manger sur le pouce, sur un coin de table tout en répondant à ses mails, ou en finissant le dernier Douglas Kennedy … Bref, je kiffe ma vie pour l’instant, et je ne voudrais pas en changer !... »

Alors plutôt Cathy ou plutôt Linda ? Les Linda sont en général entourées, comprises, elles émeuvent, et finissent par se caser… tant bien que mal. Avec un type qui bien souvent ne leur convient pas du tout, mais n’importe qui, plutôt que d’être célibataire encore à 40ans.

Alors elles entrent enfin dans le moule, on les félicite, « je suis contente pour toi, tu as enfin trouvé chaussure à ton pied… » Dit la bonne copine. Elles sont reconnues, elles font partie d’un clan. Soulagées, elles font face au quotidien en compagnie d’un homme égoïste, ours, muet, qui lui aussi avait du mal à se caser et cherchait une femme, que dis-je une ménagère, qui lui fasse la cuisine, s’occupe de ses caleçons sales, accessoirement partage son lit sans être trop exigeante, mais surtout qui ne l’embête pas !

Commence une vie fade, sans couleur, inodore…mais une vie à deux où l’on vit l’un à côté de l’autre, mais pas l’un avec l’autre. Quelle mascarade ! Oui, mais elles ne sont plus seule… La vie à deux a un prix… Pour avoir le droit de rouler sur l’autoroute de la vie de couple, vous devez avoir de quoi pour régler les péages : péage de la liberté d’expression, péage du droit à ne rien faire, péage de l’indépendance, péage des soirées entre copines, péage du droit à faire du sport, péage de l’esthéticienne… et la liste est encore longue... La vie en couple a un prix…EXORBITANT !!!!

Les Cathy elles, sont haïes, enviées, jugées comme débauchées !

« Si vous ne cherchez pas à vous marier, vous devez alors avoir une maladie mentale et êtes cataloguées comme sociopathes »dénonce Sara Maitland dans son livre « comment être seule »

Sociopathe c’est-à-dire : incapable d’aimer, irresponsable, superficielle, manipulatrice, égoïste… et j’en passe !

Pourtant, que je sache, Greta Garbo ou Ellen Mac Arthur la célèbre navigatrice en solitaire n’ont rien d’un sociopathe et rien à envier à une femme mariée à un bidochon !

Mais le célibat a un prix également, les « pass » coûtent cher. Pass pour avoir droit à une chambre single à l’hôtel, pass pour monter, démonter, déménager ses meubles, percer des trous, parlementer avec le garagiste misogyne, pass pour les vacances ou les soirées où tout le monde affiche un conjoint… liste non exhaustive, MAIS… si les Cathy ont réellement choisi leur célibat, qu’importe le prix à payer, elles assument, elles sont capables d’assumer, aux yeux de tous, leur différence et de l’afficher.

Leur vie est pleine, pleine de choses qu’elles aiment faire, pleine de lumière, pleine de couleurs, la palette n’est pas assez large pour toutes les nuances qu’elles veulent y mettre.

Certaines cultivent leur séduction, la testent sur de nombreux hommes sans jamais vouloir en garder un seul. D’autres cultivent leur solitude, se créer un monde où tout n’est que calme et « zénitude », loin des obligations de la vie, elles se construisent un havre de paix où elles s’épanouissent, sereines, faisant pâlir d’envie les couples mal dans leur peau.

Mais pourquoi en sommes-nous venus à haïr ses vies de célibat ? A les trouver sinistres ? A désapprouver le célibat ? Nous pensons que nous sommes uniques, spéciales et méritant le bonheur, mais nous sommes terrifiées à l’idée d’être seule.

Nous déclarons que la liberté et l’autonomie sont un droit et un bien pour nous, mais dès que quelqu’un exerce son droit à la liberté et à l’autonomie, nous le qualifions de triste, fou ou mauvais !

D’où vient ce jugement ? Nous sommes partagés par cette éducation judéo-chrétienne où une femme doit trouver un mari et faire des enfants, et : la libération de la femme, mai 68, où une femme a le droit de vivre comme elle veut.

Pauvres femmes, difficiles d’adopter une ligne de conduite, tiraillées entre ces deux pensées, vouloir être libres comme ces chevaux sauvages un peu fous, galopant, crinière au vent, grisés par ce parfum de liberté…mais… se sentir observées, épiées, jugées…certaines le supportent et s’en contre fichent, d’autres en sont incapables et rentrent dans le rang.

Mesdames, choisissez votre vie, moi j’ai choisi une vie colorée, une vie épicée, une vie à 100 à l’heure, je ne sais pas vivre à l’économie…

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Chrissy

L'humour, les mots j'en fais mon affaire...La langue de bois, je ne connais pas. Fatiguée d'être censurée, j'ai décidé de faire profiter, à ceux d'entre vous qui n'ont pas peur des mots, à ceux qui sont capables d'aller au-delà d'un paragraphe de lecture, de mes pensées, de mes élucubrations.
Voir le profil de Chrissy sur le portail Overblog

Commenter cet article

rolly 19/07/2015 13:26

super!

rolly 19/07/2015 13:31

essai réussi...bravo, tu peux désormais laisser libre cours à tes commentaires.