Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de Chrissy

Tout ce qu'une femme n'ose pas dire ouvertement, ses pensées, ses expériences, ses choix, ses opinions, ce qu'elle aime , ce qu'elle déteste...tout ceci sans être censurée ou corrigée par de pseudo lecteurs ...

PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE

PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE

~~Dès mon premier contact avec lui, l’étincelle s’est faite. Comme ça, d’un coup, sans réel échange de mot, juste des regards, une présence, un téléphone entre nous, dans une cuisine, quelque part au milieu de la Sardaigne.

C’est ainsi que j’ai rencontré Pierre Ignazio Orrù, artiste Italien, connu et reconnu, sachant cultiver l’ombre autant que la lumière.

De taille moyenne, le nez droit comme un i, le sourire énigmatique, les yeux rieurs, Ignazio se cache derrière un masque de tranquillité apparente. Dans sa cuisine il est le chef, dans sa maison aussi. Il s’occupe de tout et de tous, se passionnant à concocter des petits plats pour le plaisir de la maisonnée. Je le verrai souvent dans cette cuisine, les yeux pétillants de malice, nous ne pouvons pas communiquer directement, un problème de langue, mais quand il n’y a pas de traducteur, ses yeux parlent pour lui !

J’aime cette communication qui s’établit entre nous. Tout est suggéré, nuancé, entre mystère et évidence, comme ses tableaux.

C’est sa quête de lumière qui donne vie à ses aquarelles, de l’obscurité il nous entraine petit à petit vers un univers plus clair, jusqu’à nous éblouir de cet éclat.

Chaque tableau est une promesse d’un chemin meilleur, d’un avenir ensoleillé, on a envie de s’y engouffrer, happé par cette flamme qui semble brûler au loin. Oui, certains de ses tableaux seraient presque macabres, carcasses de voitures, bus éventrés, mais la vie est là, bien présente, tantôt représentée sous la forme de végétation qui reprend le dessus dans des endroits insolites, tantôt une porte ouverte sur le bleu de la mer rassure et donne une autre dimension à ce qui aurait pu être morbide.

Non, il y a toujours une lueur d’espoir, de vie dans les tableaux d’Ignazio, il se joue de nous dans ses peintures comme dans la vie, ne prenant rien au sérieux, ne se prenant surtout pas lui au sérieux !

Facétieux, il est pince sans rire, son humour décapant cache un cœur tendre, une sensibilité qu’il déguise tant bien que mal… En l’observant, on peut surprendre son regard perçant , rien ne lui échappe, comme s’il photographiait de ses yeux pour immortaliser l’instant tel qu’il le vit, sans édulcorer, juste la réalité avec ce qu’il y a de beau et de laid, simplement…au spectateur d’en tirer les conclusions.

Il n’a jamais cru aux louanges des critiques d’art à son sujet, ce n’est pas lui l’artiste dit-il. Pourtant, exécuter avec autant de talent de l’aquarelle en gardant la même technique que s’il utilisait l’acrylique, c’est une gageure ! Il passe de l’acrylique à l’aquarelle en 78 , expose à Turin, qui restera son plus beau, mais aussi son pire souvenir.

Une salle d’expo près des Beaux-Arts, les gens se pressent, se regroupant, alors que dehors la neige recouvre la ville d’une pellicule cotonneuse, que les brigades rouges défraient la chronique avec l’enlèvement du chef d’état Aldo Moro, c’est un Ignazio comblé qui voit défiler la foule venue découvrir ses peintures. Seul bémol, et pas des moindres pour cet homme entier, les remises demandées par les acquéreurs …Comment brader son art, c’est son cœur, sa vie qui s’y trouve… il n’envisage même pas d’accepter et cela lui laissera un goût d’amertume dans la bouche.

Après Turin, il y aura Venise, Rome, une rencontre avec le pape qui lui prendra un tableau pour le Vatican. Pier Ignazio Orrù est un peintre impressionniste côté. On parle de lui, il vit ses heures de gloire.

Il gagne le premier prix de la carte postale en 1999 à San Remo avec ses maisons abandonnées de la plage del poetto à Cagliari dans sa Sardaigne natale. Il maitrise l’éclairage, et d’un paysage dévasté où les ombres semblent roder comme des fantômes, il laisse la clarté grandir donnant au tableau un côté inachevé, on s’attendrait presque à voir débouler des enfants jouant à cache-cache entre les cases. La vie n’est jamais très loin si l’on sait regarder. Ignazio n’est pas aussi noir qu’il y parait, c’est un être sensible, doté d’une intelligence intuitive, qui a préféré s’arrêter de peindre depuis quelques années en attendant d’être mieux avec lui-même.

On retiendra de lui ces tableaux futuristes, sombres, et ses aquarelles pleines d’espoirs. C’est en tout cas ce que moi je veux y voir ! J’ai rencontré un homme et ai découvert un artiste dans l’âme, humble, modeste, mais vif et profitant de la nature que la vie lui offre.

Souhaitons-lui de retrouver très vite le chemin de l’aquarelle, il serait dommage qu’il nous prive de son talent trop longtemps, la nostalgie a assez duré place à la résurrection Monsieur Orrù, nous attendons le monstre sacré de l’Aquarelle… !

PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
PIER IGNAZIO ORRU: LE TITAN DE L'AQUARELLE
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Chrissy

L'humour, les mots j'en fais mon affaire...La langue de bois, je ne connais pas. Fatiguée d'être censurée, j'ai décidé de faire profiter, à ceux d'entre vous qui n'ont pas peur des mots, à ceux qui sont capables d'aller au-delà d'un paragraphe de lecture, de mes pensées, de mes élucubrations.
Voir le profil de Chrissy sur le portail Overblog

Commenter cet article