Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de Chrissy

Tout ce qu'une femme n'ose pas dire ouvertement, ses pensées, ses expériences, ses choix, ses opinions, ce qu'elle aime , ce qu'elle déteste...tout ceci sans être censurée ou corrigée par de pseudo lecteurs ...

ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES

ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES

~~Dans la famille Orrù, donnez-moi le petit frère…Si l’un est artiste peintre, l’autre n’est pas en reste, c’est une véritable mine d’or cette famille !

Assis à la terrasse, un verre de rosé posé devant lui et une cigarette à la main, c’est ainsi que je découvre Roberto Orrù bijoutier de son état.

Le sourire, que dis-je ! Le rire aux lèvres, la voix cassée d’avoir abusé du tabac, le visage buriné de l’homme qui a vécu, Roberto m’accueille simplement, chaleureusement.

Je m’apprête à m’asseoir face à lui, mais il tire la chaise qui est à ses côtés et me fait signe de m’installer. D’instinct je sens que ce ne sera pas une rencontre ordinaire. Je m’exécute et j’ai l’impression d’être interviewée, c’est moi qui suis sur la sellette, il ne me laisse pas le loisir de poser une question, il me devance et s’intéresse réellement à ce que je fais… Vous l’avez compris, Roberto est comme ça, tourné vers les autres, cherchant comment il peut faire plaisir, souhaitant vous mettre à l’aise.

Je le laisse faire, et l’observe. Il s’agite, ouvre une bouteille, me sert, sort ses antipasti préparés avec soin, il est fier de sa préparation : « mange , me dit-il, c’est sain, juste de l’huile d’olive ! » et il pique une tranche d’aubergine qu’il me tend. Je comprends que sa joie c’est aussi de voir les autres manger, c’est sa façon de les aimer, de les dorloter. Il est très volubile, expansif, il s’emballe rapidement, on sent le tempérament de feu, le passionné, l’homme entier, celui qui se passionne pour tous les sujets comme s’il en allait de sa vie.

Il se calme un peu et me laisse la parole au bout de quelques minutes, je peux commencer mon interview.

Lorsque je l’interroge sur son art, il rigole et me dit : « Quel arrrt ? jé pense à queque chose et jé lé fais, c’est tout, ce n’est pas de l’arrrrt… ». Son accent italien est à tomber par terre ! J’ai juste envie de lui dire que simplement à sa façon de parler on voit l’artiste ! Mais je le sais susceptible à ce sujet, alors j’écoute, retenant un petit sourire.

Il sort son téléphone portable et me montre ses réalisations , il confectionne des bijoux. C’est-à-dire qu’il est créateur mais aussi qu’il les fabrique lui-même. Il rit d’ailleurs quand on lui pose la question de savoir s’il dessine avant de produire ses bijoux. « Qu’est ce qué ti crois ? Du débou à la fin Jé fais tout ! » et de se gausser de ces soi-disant créateurs qui se contentent de dessiner, pour qu’un autre les fabrique à leur place… « Ma qué dessiner ?! Jé pense et jé fais, parrrfois jé dessine pourr pas perrdre l’idée… tout vient dé ma tête ! » dit-il en agitant les mains en tout bon italien qu’il est.

En effet, sa tête fourmille d’idées, et ce depuis sa plus tendre enfance. A 8 ans il commence à peindre des toiles, qui tapissent encore les murs de la maison de sa mère, pour se lancer dès l’âge de 10 ans dans la confection de bijoux qu’il vend pour se faire un peu d’argent de poche. Argent qui lui sert à acheter du matériel, c’est ainsi qu’il travaille le verre, fabriquant des cendriers, des tableaux après s’être doté du matériel adéquat pour cette matière. Puis vient le tour du cuir, sacs, ceintures, portefeuilles… foisonnent dans la maison, forçant sa mère à lui donner une chambre à lui seul pour qu’il n’empiète plus sur le domaine des 6 autres enfants. Sa chambre va vite se transformer en atelier : bijoux, verre, cuir, encadrements qu’il fait lui-même, il se passionne pour tout.

Vers 17 ans il ouvre un petit atelier tout en continuant ses études et se consacre à la confection de bijoux qu’il vend .

A 25 ans sa vie prend un nouveau virage. Il débarque à Paris en vacances avec ses maigres économies, et décide de travailler dans un restaurant italien pour se faire un peu d’argent de poche et apprendre le français. Une rencontre, un amour, une petite française… il ne retournera pas au pays.

De petits boulots en petits boulots, il ne perd jamais de vue sa passion, aussi, dès qu’il en a l’opportunité il ouvre son magasin. Il l’aménage entièrement de ses propres mains, des présentoirs à la plomberie. Enfin il peut s’adonner à ses premières amours : les bijoux.

Il crée ses collections en tenant compte des tendances du moment . Son travail est minutieux, fin, il n’y a qu’à regarder sa collection faite à l’occasion du jubilé de Napoléon en Septembre 2014 à Rueil , pour prendre la mesure du travail d’orfèvre de cet artiste. De l’aigle royal à la tête de Joséphine en passant par le bicorne de l’empereur , Roberto Orrù façonne pendentifs, bracelets, boucles d’oreille, boutons de manchette à la mode Napoléonienne .

Comment cet homme si « explosif » est-il capable de se poser tranquillement et de faire un travail aussi minutieux, reste un mystère pour moi. Mais je l’ai vu à l’œuvre 5 minutes réparant le collier d’une gamine venue pleurer dans son giron, et voir ses doigts agiles élaborer des nœuds savants avec une précision un calme comme si tout à coup le temps suspendait son vol , le bruit, le fourmillement de la ville, plus rien n’existe pour quelques minutes, l’artiste est au travail !

Pour ceux qui ne savent plus (ou pas) ce qu’est un véritable artisan bijoutier, alors faites un détour et visitez la boutique de Monsieur Orrù à Rueil-Malmaison, vous serez surpris du savoir-faire, et de l’accueil à l’italienne qu’il vous réserve . Son magasin sent bon le soleil et son professionnalisme en étonnera plus d’un !

http://www.ambra-bijoux.fr/collection-agate-bleu?pageID=2&ray_id=20

ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
ROBERTO ORRU: AU BONHEUR DES DAMES
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Chrissy

L'humour, les mots j'en fais mon affaire...La langue de bois, je ne connais pas. Fatiguée d'être censurée, j'ai décidé de faire profiter, à ceux d'entre vous qui n'ont pas peur des mots, à ceux qui sont capables d'aller au-delà d'un paragraphe de lecture, de mes pensées, de mes élucubrations.
Voir le profil de Chrissy sur le portail Overblog

Commenter cet article

Roberto 27/08/2015 00:41

Cara Chrissy ☺ Cara Rolly...
Grazie per le votre critiche, sono le bien venute !!!! :)
mi danno il coraggio di continurare malgrado la crisi mondiale.
Forse ...? comme dice Rolly, le due isole non si amano, per colpa delle stesse tradizioni, dialetto, canti, costumi, pietanze, ecc.ecc... Maaa!! l'arte non vede il male, l'arte non vede la gelosia, l'arte non vede i problemmi geo politici, Maaa !!!! l'arte vede la storia.... :)) Artista!!! haa..aaa !!! si pensa agli artisti comme dei creatori, FORSE, il creatore e uno, Dio, che creo dal niente la terra ??????? che fece tutto dal'A... a la Z.... Allora rimetiamoci in causa e guardiamo la Finanza...

Rolly 26/08/2015 15:45

Si je n'avais pas déjà lu tes "articles portraits" dans lesquels avec la bienveillance qu'on te connaît,tu mets en exergue leurs compétences ,je dirais il est partisan celui-ci!!! Mais l'humilité, la dérision " quel arrrt??"de l'artiste interviewé en rajoute à l'idée que l'on se fait ,en lisant, de son talent .
A double titre cet article m'interpelle,l'investissement de la journaliste, certes, mais aussi " le Sarde qui met son art au service du jubilé d'un Corse !!!! Je savais ces deux îles "ennemies jurées!!" J'ai probablement ete mal informée!!! L'art sous toutes ces formes rapproche et apaise , non?

Chrissy 26/08/2015 16:24

Je vois que l'esprit de la Rolly est toujours en alerte et très alerte! Comment ai-je pu passer sous silence ce rapprochement presque contre nature!!! Heureusement que j'ai de bons lecteurs qui n'hésitent pas à tremper leur plume dans mes articles! Merci encore de ton regard moins partisan que le mien...;)