Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de Chrissy

Tout ce qu'une femme n'ose pas dire ouvertement, ses pensées, ses expériences, ses choix, ses opinions, ce qu'elle aime , ce qu'elle déteste...tout ceci sans être censurée ou corrigée par de pseudo lecteurs ...

UN CHATEAU EN SARDAIGNE

AMO LA MIA FAMIGLIA
AMO LA MIA FAMIGLIA

~~Un appartement en rez-de-chaussée: 4 chambres, 2 salles de bain, une terrasse et des dépendances, vous ajoutez à cela 3 hommes, un ado de 16 ans et une mamie de 91 ans, voilà la définition de la maison du bonheur.

J’ai fréquenté bien plus de grands hôtels que de pensions de famille dans ma vie. Le confort, le luxe, je connais, et j’ai toujours cru que j’aimais cela, que je ne pourrais jamais vivre sans …et pourtant, j’ai vécu dans cet appartement pendant 4 jours. Ça a été les 4 jours les plus magiques de ma vie. Aucun château ne m’aurait offert plus de considération que cette humble demeure aux odeurs épicées. Aucun majordome, ne m’aurait traitée en princesse comme je l’ai été par cette famille.

Dès mon arrivée, imprévue, il faut le dire, on fait déloger l’ado de la maison de son lit et il s’exécute avec le sourire, sans rechigner. La nona (comprenez la grand-mère), quitte sa chambre aux murs tapissés d’images pieuses spécialement pour moi, m’embrasse, et commence à me regarder de ses grands yeux qui semblent dire « qui que tu sois…bienvenue ! » .Les hommes… Ah les hommes de cette maison ! Il y en a trois. Trois frères, dont deux ayant subi des revers de fortune et venus chercher quelque réconfort auprès d’une nona sur le déclin qui accepte de bonne grâce ce soutien mutuel. Le troisième frère est là en vacance avec son fils.

Ces hommes donc, m’ont accueillie d’un air bourru mais chaleureux. Pas de simagrée, pas de geste inutile, un bonjour, une bise du bout des lèvres ou plutôt de la joue tendue, un sourire un peu mal à l’aise, quelques mots échangés en italien devant un verre d’eau et chacun retourne à ses occupations me laissant me rafraichir pour le dîner.

A table ce soir là, ils m’observent tous, je me tiens bien, je fais attention, mais chassez le naturel il revient au galop, alors je me mets à discuter avec les deux seuls qui parlent le français, à rire,et là, tout devient plus simple, les tensions se relâchent.

Ignazio est le maitre de cérémonie, il a cuisiné, préparé, orchestré tout le repas, comme il le fera chaque jour. C’est un père pour moi. Angelo, c’est l’ainé, il supervise, il observe, et restera plus réservé. Roberto est en vacance, c’est le plus jeune des trois. Il est surexcité, parle fort, rit, s’esclaffe, là où ces frères jouent la discrétion et la transparence, Roberto lui, donne de la voix, s’énerve aussi facilement qu’il éclate de rire, fait des farces. Entre lui et son fils, la maison revit, elle tremble sous les « Ma » tonitruants d’Alessandro le jeune garçon. Père et fils se chamaillent, mais comme il y a de l’amour entre ces deux-là ! Comme c’est touchant de les voir ! Ils luttent pour la première place auprès de moi, c’est à qui veut parler en premier, veut me faire découvrir ceci ou cela, m’aider pour telle ou telle chose… c’est un brouhaha permanent qui m’emporte gaiement. L’Italie est à table dans toute sa splendeur.

Du petit déjeuner (servi au lit) au dîner concocté amoureusement par Ignazio, on me gâte, on me chouchoute, on me gave, chaque jour je sens leur affection monter d’un cran pour moi, il en va de même pour mon amour pour cette famille, ma poitrine est gonflée de tendresse pour ces personnages si différents, si colorés, qui m’ouvrent, en même temps que leur maison, leur cœur.

Je suis trimballée dans l’île, l’un me parle d’histoire, de cathédrale, de roche…l’autre de plage, de crique, de glaces italiennes, je ne sais où donner de la tête submergée par des informations vitales selon eux ! Le soir, c’est Ignazio qui prend le relais, me faisant goûter aux spécialités culinaires entre les Malloredusu (petite pâtes faites de farine et de semoule), le petit cochon de lait grillé au myrte, les saucisses locales et toutes les pâtisseries dont je suis gavée, ma ligne en prend un coup !

Je suis séduite. Nona me raconte sa vie, Ignazio me parle de peinture, Roberto et Alessandro sont mes guides et Angelo semble s’amuser de tout ce remue-ménage. Point de mot, mais une réelle affection trahie par une accolade soudaine, une bise un peu trop appuyée, une caresse furtive sur la joue, ou un bouquet de Lys blancs offert juste pour le plaisir....

Hélas, mon séjour se termine déjà et c’est le cœur lourd que je quitte ma « nouvelle famille », heureuse d’avoir touché du doigt le bonheur pendant quelques jours.

Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.
Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.

Le profil Sarde: 1,70m, brun, yeux clairs... la cuisine Sarde...et les glaces italiennes.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Chrissy

L'humour, les mots j'en fais mon affaire...La langue de bois, je ne connais pas. Fatiguée d'être censurée, j'ai décidé de faire profiter, à ceux d'entre vous qui n'ont pas peur des mots, à ceux qui sont capables d'aller au-delà d'un paragraphe de lecture, de mes pensées, de mes élucubrations.
Voir le profil de Chrissy sur le portail Overblog

Commenter cet article

Gilouca 22/08/2015 18:05

Tu as vraiment le don de faire rêver...... En te lisant je passe par toutes sortes d'émotions......
Quelles superbes vacances !! courtes mais tellement intenses !!

Chrissy 24/08/2015 06:51

Je suis heureuse de pouvoir faire voyager ceux qui n'ont pas pu partir... et de vous donner envie de découvrir de nouvelles destinations. Merci pour ton commentaire.

Marie Thé 22/08/2015 11:11

Je rectifie les sardes n aiment pas que les sardes!!!!

Marie Thé 22/08/2015 11:09

Beau commentaire de Roberto!
J en conclus que les sardes n aiment que les sardes !!!
Et encore une fois on est transporté quand on te lit

Chrissy 24/08/2015 06:52

C'est clair! Les Sardes aiment ceux qui sont dans leur sang... pas d'hypocrisie! ;)

Rolly 22/08/2015 07:09

"Tous les personnages existants ou ayant existé ...etc...etc..." Une surprise touchante de 4 jours ,ou les photos se mêlant au texte induisent chez le lecteur des réelles sensations ,odeur,saveur.....et autres perceptions ....

Chrissy 22/08/2015 07:15

Ravie de t'avoir fait voyager un peu ...tout au moins en pensée ;)

Dado 22/08/2015 06:05

Une "histoire"extraordinaire ,authentique qui invite au rêve . Très belle échappée du quotidien vécue intensément avec en filigrane un désir de " retour"......

Roberto 22/08/2015 00:22

Bonjour a tous ...........
Splendide interprétation, écrit avec amor, douceur, Ouiiiii une Prencesse, un rêve un compte de fée, une belle histoire, que toutes femme au homme rêve! !!!
ça peut devenir réalité!!!! pourquoi pas?? en tous les cas je préfère les Prencesse, "un compte de fée"
j'aime pas les Reines, ils ont déjà tout acquis, pas très intéressant !!!!! j'espère que un jour tu vas retourner en Sardegne, pas comme une Reines, pas comme une Prencesse, MAAAAA !!!!! comme une Déesse.

Chrissy 22/08/2015 06:42

MAAAA!!!! Si c'est comme une déesse, je reviens de suite!!!!

Lola 21/08/2015 22:18

MA !!!
T'y retourneras ...
... En reine ! :))

Chrissy 22/08/2015 06:44

En déesse il parait!!! :))