Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le blog de Chrissy

Tout ce qu'une femme n'ose pas dire ouvertement, ses pensées, ses expériences, ses choix, ses opinions, ce qu'elle aime , ce qu'elle déteste...tout ceci sans être censurée ou corrigée par de pseudo lecteurs ...

HENRI CARUSO : LA MUSIQUE EST MA MAITRESSE

HENRI CARUSO : LA MUSIQUE EST MA MAITRESSE

Au téléphone la voix est riche et profonde, l'homme semble sûr de lui, prendre les choses en main d'une façon très professionnelle, une main de fer dans un gant de velours je dirai...

Lorsque nous nous rencontrons, je suis surprise par le personnage...La voix est grave, douce, l'homme pas très grand, arborant un visage souriant cachant quelque...nostalgie, tourmente?...Je ne sais pas encore. Il prend aussitôt la direction des opérations et choisit une place bien centrale. Oui, j'ai bien compris Monsieur Caruso, c'est vous l'artiste..

Cela devrait être une interview, mais je dirai plutôt que je le suis, je le laisse me guider, m'amener là où il veut...Alors nous parcourons sa vie au rythme de ses envies. Le dialogue, ou plutôt le monologue, est souvent décousu, interrompu, comme s'il cherchait un signe dans mon regard, un acquiescement, une lueur, que sais-je...un encouragement peut-être. Il se livre, beaucoup, parle énormément de lui, de sa jeunesse, de sa vie de famille, de son arrivée en France , de son retour au pays... c'est un va et vient incessant d'anecdotes, de propos plus sérieux, d'éclats de rire... J'apprends alors à connaître l'homme.

Né d'un père sicilien et d'une mère sarde, à 12 ans il suit sa famille et quitte la Sardaigne pour s'installer en France. Il se retrouve, fils d'immigrés, sur les bancs de l'école française, n'ayant pour seul choix : d'apprendre à parler français ou...d'apprendre à le parler parfaitement ! Il choisit la deuxième solution et devient en 11 mois, non pas le petit "rital" immigré, mais le petit italien que l'on peut citer en exemple tant son attitude très scolaire surprend. Il épouse littéralement le français et va jusqu'à passer un bac littéraire.

Son enfance est bercée par la variété italienne, les Beatles mais aussi l'opéra, et c'est en écoutant "Claudio Villa" qu'il commence à fredonner et à se rendre compte qu'il a ce qu'on appelle "une voix". Il apprend alors seul à jouer de la guitare et commence à chanter pour les copains, jusqu'à ce que l'un d'entre eux l'inscrive, à son insu, à un radio crochet en 1971 où il interprète "l'amore è un attimo" . Il est alors remarqué par les musiciens qui lui proposent de se produire avec eux... C'est ainsi que commence réellement la "carrière" musicale d'Henri Caruso, car même s'il n'en fait pas son métier, même si un accident l'obligera à arrêter la scène, il continuera à écrire, à composer, jusqu'à se remettre à chanter

Certes, le répertoire a changé, la voix aussi, elle est devenue plus mâture, et s'il enchantait les foules avec du Freddy Mercury, aujourd'hui, il les enchante tout autant grâce à Lama, Bécaud, Nougaro...et bien d'autres grands artistes qu'il immortalise ainsi.

En a-t-il profité, de son statut de chanteur auprès des filles?

Non, même pas, il est fidèle et reste attaché à celle qu'il a épousée. Il est flatté, bien sûr, mais Henri est un romantique , c'est là son talon d'Achille, quand il aime, il aime, et rien ne le dévie de son chemin.

C'est aussi ce qui l'a retenu loin de son île natale pendant presque 50 ans. On se demande comment cela peut être possible, car lorsqu'on l'entend parler de la Sardaigne, on sent que c'est  un amour profond et s'il a épousé le français, il n'en a pas moins gardé dans son cœur une flamme qui brûle pour sa terre natale. Il se rappelle son premier retour au pays à 16 ans. La joie éprouvée lorsqu'il aperçoit les côtes de Sardaigne du pont du bateau...ses poumons s' emplissent de cet air , comme si jusqu'au plus profond de son corps, chaque petite alvéole alors en sommeil, s'ouvre , revit , reconnaissant sa propre "maison".

Adulte, il s'installe en France malgré tout, cultivant dans sa tête l'amour du pays , écrivant des chansons comme : "enfant du sud",  où il rêve d'îles...d'une en particulier.  Et ce n'est qu'il y a deux ans que "le petit italien", une fois retraité, a le courage de tout plaquer pour recommencer une nouvelle vie dans sa patrie, son île. Il quitte tout et arrive à Cagliari à 60 ans passés, avec pour tout bagage ses souvenirs d'enfance à Quartucciu , et s'établit non loin de là à  S'oru'e Mari...retour vers un futur riche de promesses, de projets, de musique...

Caruso se révèle, il crée un groupe, passe à la radio, enchaîne les concerts, son île le porte, l'encourage, lui donne cette énergie de recommencer à se produire, à attirer les foules tout en promouvant un pays qu'il n'a pas oublié: la France.

Quel pied de nez ! Quitter la France,traverser la Méditerranée, rentrer au pays, pour se faire acclamer grâce.... à la chanson française. Les facéties de la vie qui parfois se jouent de nous .

Pour un romantique, cet article aurait finalement pu être intitulé : "J'ai deux amours..."

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Chrissy

L'humour, les mots j'en fais mon affaire...La langue de bois, je ne connais pas. Fatiguée d'être censurée, j'ai décidé de faire profiter, à ceux d'entre vous qui n'ont pas peur des mots, à ceux qui sont capables d'aller au-delà d'un paragraphe de lecture, de mes pensées, de mes élucubrations.
Voir le profil de Chrissy sur le portail Overblog

Commenter cet article